• Mairie de Donzac 2, rue Saint-barthélémy 82340 DONZAC
  • Téléphone : +33 5 63 39 91 84
  • Télécopie : +33 5 63 39 83 90

La belle histoire des masques alternatifs

Chacun exprime sa solidarité différemment en ces temps de confinement : en applaudissant en ou en offrant des repas aux professionnels de santé, en faisant les courses pour son voisin, en achetant au drive local les produits locaux ou encore en fabriquant des masques dits alternatifs.

C’est une petite goûte dans l’océan diront certains mais chaque brique participe à la construction d’un édifice qui se nomme partage et fraternité. Et ces petites mains sont celles de Lydie Barbier, retraitée Donzacaise, qui donne de son temps en fabriquant des lots de masques en tissus lavables.

L’histoire commence par une demande de Nathalie Bonneau, l’animatrice du centre hospitalier des Deux-Rives qui en manque de masques homologués lui demande donc d’en fabriquer en tissus en lui fournissant des draps hospitaliers et de l’élastique. Son travail est vite apprécié en cette période critique et permet ainsi au personnel de la maison de retraite d’éviter éventuellement de contaminer les résidents.

Depuis les premiers masques fabriqués avec les patrons de l’hôpital de Grenoble, ceux-ci ont évolué et l’organisation également.

Du renfort a trouvé écho chez les bénévoles de l’association “Donzac, ça bouge !” qui participent également à la bonne cause. Françoise, Benoît, Josette, Jean Claude, Hélène ou Jeanette ont retroussé leurs manches et chacun a trouvé son rôle dans cette fabrication. Traçage, façonnage, découpe ou piquage à la machine, ces bénévoles sont devenus des as du masque alternatif. Outre les dons au centre hospitalier des deux rives, les artisans couturiers bénévoles ont fabriqué près de mille masques dont certains ont été offerts aux Donzacais qui en ont fait la demande. Les masques sont ainsi fabriqués avec du voile d’hivernage au milieu pour éviter la contamination.

Bravo donc à Lydie Barbier, couturière hors pair et à ses acolytes pour leur dévouement et le temps passé à rendre service au bénéfice des autres.

Source : la dépêche du 3/05/2020