Le moustique tigre est désormais implanté et actif dans notre département depuis 2015.

Ce moustique exotique nuisant, qui a su s’adapter à notre climat, est une préoccupation de santé publique en raison de sa capacité à transmettre, sous certaines conditions, des maladies infectieuses comme la Dengue, le Zika ou le Chikungunya. Les moustiques présents sur notre territoire ne sont pas porteurs de ces virus. Ils pourraient les transmettre s’ils piquaient une personne malade de retour d’un voyage en zone à risque (Antilles, Réunion…).

L’élimination totale et définitive du moustique tigre n’est pas réalisable. Il est possible de limiter sa progression et de diminuer sa densité, ce qui permet de réduire le risque épidémique comme la nuisance.

Le moustique tigre pond et se développe dans l’eau stagnante (petits objets et récipients en eau à proximité des habitations). C’est pourquoi le bon réflexe à adopter est d’éviter la stagnation d’eau, pour cela :

– Éliminer les endroits où l’eau peut stagner : petits détritus, encombrants, déchets verts…
– Changer l’eau des plantes et des fleurs une fois par semaine ou, si possible, disposer du sable dans les coupelles
– Vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées et nettoyer régulièrement : gouttières, regards, caniveaux et drainages
– Couvrir les réservoirs d’eau (bidons d’eau, citernes, bassins) avec un voile moustiquaire ou un simple tissu
– Couvrir les piscines hors d’usage et évacuer l’eau des bâches ou traiter l’eau (eau de javel, galet de chlore, etc.)

Il faut également, éliminer les lieux de repos des moustiques adultes :
– débroussailler et tailler les herbes hautes et les haies
– élaguer les arbres
– ramasser les fruits tombés et les débris végétaux
– réduire les sources d’humidité (limiter l’arrosage)
– entretenir votre jardin

Cliquer sur les images pour lire